actualité‎ > ‎

Avril 2014 les retards s'accumulent

publié le 8 avr. 2014 à 02:28 par Prévention Cancers 26-07   [ mis à jour : 8 avr. 2014 à 02:28 ]
08 Avril 2014

2014 : l'Horizon s'est dégagé en Février mais les retards s'accumulent en Avril

L'annonce du plan cancer III par le Président de la République ouvre des perspectives et des exigences. Il ne faudrait pas que les retards impactent les dépistages pour 2015 !

Des perspectives pour le dépistage du cancer colorectal :
  • Le nouveau test de dépistage du cancer colorectal est annoncé pour la fin de l'année, la Caisse Nationale d'Assurance Maladie à lancé son appel d'offre le 23 janvier 2013.
  • Nous espérions disposer du nouveau cahier des charges vers le mois d'octobre, mais la réponse à l'appel d'offre a été reculé à juin 2014. Ce retard est certainement justifié, mais il met les structures de gestion des dépistage en difficulté pour la mise en place du nouveau test.
  • Nous terminerons notre troisième campagne de dépistage du cancer colorectal le 1er septembre avec le test Hemoccult.
  • Nous inviterons la population concernée par les 4 derniers mois 2014 à consulter leur médecin (qui délivrera l'ancien test si nécessaire) ou bien d'attendre le nouveau test.
  • Cartographie 2013
  • Nous commencerons la quatrième campagne lorsque nous aurons ce nouveau test en mode opérationnel (janvier 2015 ?)
  • Cette nouvelle campagne partira en remettant les "compteurs à zéro", toute la population des 245.000 personnes de Drôme Ardèche, hommes et femmes entre 50 et 74 ans, sera bénéficiaire de ce nouveau test comme si c'était la première campagne de dépistage.
  • Ce nouveau test est plus exigeant en terme de délivrance, le médecin traitant est remis devant sa responsabilité majeure de délivrer le test à celles et ceux qui n'ont pas de facteurs de risques élevés. Pour les autres prescrire la coloscopie.
  • lire l'article du Dauphiné Libéré du 10/03/2014

Des perspectives pour le dépistage du cancer du col de l'utérus :

  • il a été annoncé par le Président de la République
  • sa généralisation est programmée
  • nous se savons pas aujourd'hui le calendrier de son démarrage, probablement 2016 ?

Des perspectives pour le dépistage du cancer du sein :

  • l'effort sera poursuivi dans les zones déficitaires, tant en terme de participation au programme qu'en actions pour désenclaver les territoires où l'accès aux centres d'imagerie est difficile, voire disparaît.
  • Cartographie 2013
  • Le grand nombre de centres équipés en tout numérique, allié à notre excellent réseau Ardèche Drôme Numérique, permet de mettre en chantier une étude de faisabilité sur dématérialisation de la seconde lecture. Les mammographies numériques issues des centres de radiologie n'auront plus à transiter vers prévention cancers par la voie matérielle du cliché imprimé, mais par le réseau à très haut débit vers un concentrateur agréé sécurisé. Ce serveur restituant l'image numérique dans sa qualité originelle au centre de seconde lecture : Prévention Cancers.

Des exigences :

  • les contraintes budgétaires imposent une réflexion globale et une remise à plat des missions, des moyens, de la gouvernance et des financements de ce grand programme national.
  • L'objectif de cette remise à plat est de mettre tous les territoires sur un même pied d'égalité sur la base d'indicateurs certes communs mais aussi différenciés.
  • En effet accéder au dépistage pour tous ne se fait pas de la même manière dans une grande métropole et dans une contrée reculée et géographiquement difficile d'accès, dans un quartier où le message n'est pas compris et dans un autre où le message passe parce que la population maitrise l'écrit et la langue.
  • Il ne faudra pas brider les solutions innovantes proposées dans un moule contraint et sans marges de manœuvre.
C'est exigeant mais passionnant ! Si tous les acteurs se positionnent dans un dialogue constructif et ambitieux, le dépistage organisé fera pour ces 5 années du plan cancer III, un pas significatif d'harmonisation des pratiques pour des résultats à la hauteur de l'enjeu de santé publique qui nous est confié.

Etienne Paré
Directeur de Prévention Cancers et médecin coordonnateur
epare@dapc.fr