actualité

n'hésitez pas à vous abonner ! dès qu'un nouveau message apparaît sur le site vous êtes tenus au courant

C'est enfin prêt pour le dépistage du cancer colorectal !

publié le 13 sept. 2015 à 09:19 par Prévention Cancers 26-07   [ mis à jour : 13 sept. 2015 à 09:35 ]



260.000 invitations sur 4 mois pour toute la population de Drôme et Ardèche, tel est l'enjeu de ce premier round de la nouvelle campagne de dépistage.

Une année complète sans test est passée, place au nouveau test immunologique plus simple (1seul prélèvement) et plus fiable (détecte mieux le sang invisible dans les selles et quantifie ce saignement)

Je vous invite, toutes et tous, à voir la vidéo réalisée par l'Institut du cancer, qui permet de mieux comprendre les étapes de la réalisation de ce test facile à réaliser.... à condition d'avoir consulté votre médecin traitant qui est le seul à pouvoir vous délivrer le test après interrogatoire sur vos antécédents personnels et familiaux.

le test en image


Prévention Cancers n'adresse pas les tests ! Ni aux médecins, ni aux assurés ... Attention ! n'oubliez-pas cela ... c'est la règle nationale imposée pour des raisons d'identification des médecins.
Les tests sont commandés directement par les médecins traitants généralistes auprès de l'assurance maladie !

Etienne Paré
Directeur de Prévention Cancers et médecin coordonnateur
epare@dapc.fr

Dépistage du cancer du sein par mammographie : les experts y sont favorables !

publié le 8 juin 2015 à 09:42 par Prévention Cancers 26-07   [ mis à jour : 8 juin 2015 à 09:43 ]

En novembre dernier se tenait, au Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC – IARC), une réunion d’experts internationaux. Ils avaient pour objectif d’évaluer l’efficacité et les effets indésirables des différentes méthodes de dépistage du cancer du sein. La dernière mise au point datait en effet de 2002. Elle stipulait que les preuves étaient suffisantes pour recommander le dépistage par mammographies systématiques entre 50 et 69 ans, mais ne recommandait pas le dépistage systématique entre 40 et 49 ans et le déconseillait avant 40 ans et après 69 ans.

Depuis, de nombreuses études ont été menées, parfois contradictoires, pour évaluer le bien-fondé de ce type de dépistage. De plus, des progrès substantiels ont été réalisés, tant dans la technique des mammographies que dans les traitements. Ces éléments font qu’une mise au point est évidemment la bienvenue.

Revue systématique de la littérature sur la mammographie systématique

C’est la mammographie systématique qui prend la part la plus importante du rapport publié récemment. Pour évaluer son efficacité à réduire la mortalité par cancer du sein, les auteurs ont procédé à une revue systématique de la littérature, recensant les études de cohorte, en privilégiant les suivis prolongés sur de longues périodes, et les études cas-témoins. Au total 20 études de cohorte et 20 études cas-témoins ont été retenues, menées en Australie, Canada, Europe ou Etats-Unis. L’analyse des données confirme l’efficacité de la mammographie systématique pour réduire la mortalité par cancer du sein dans la tranche d’âge des 50-69 ans, puisque les femmes qui se soumettent régulièrement à cet examen auraient un risque de décès par cancer du sein réduit d’environ 40 %. Mais, fait nouveau, une réduction substantielle du risque de décès par cancer du sein est retrouvée aussi pour les femmes de 70 à 74 ans.

Les experts réunis ont aussi évalué les effets indésirables possibles des mammographies systématiques, tout au moins les 3 principaux effets identifiés : les faux positifs, le surdiagnostic et le cancer induit par les radiations. En ce qui concerne les faux positifs, le risque cumulé varie évidemment en fonction du rythme du dépistage, et est estimé à 20 % pour les femmes qui auront 10 dépistages entre 50 et 70 ans. Moins de 5 % de ces faux positifs donnent lieu à une procédure invasive. L’analyse des données confirme les conséquences psychologiques négatives à court terme des faux positifs pour de nombreuses patientes.

Faux positifs, surdiagnostics et irradiation ne modifieraient pas le rapport bénéfice/risque

Les auteurs confirment aussi le risque de surdiagnostic inhérent au dépistage systématique. Nous resterons toutefois sur notre faim concernant une évaluation précise de ce risque. Rappelons que la méthode d’évaluation des surdiagnostics fait encore l’objet de débats nourris. Les experts tranchent ici en concluant que l’estimation la plus appropriée est fournie par la comparaison entre les probabilités de cancer chez les femmes dépistées systématiquement et les autres. Ils rappellent l’estimation de l’EuroscreenWorking Group, situant, en 2012, le risque de surdiagnostic entre 1 % et 10 %, et signalent toutefois que des études similaires non européennes ou des études observationnelles européennes plus récentes donnaient des estimations plus élevées. Nous n’en saurons pas plus sur ce point, pourtant encore objet de quelques vives polémiques.

Enfin, s’ils admettent que le risque de cancer radio-induit n’est pas nul, le comité d’experts estime qu’il se situe entre 1 et 10 pour 100 000 femmes, selon l’âge, la fréquence et la durée du dépistage. Quoi qu’il en soit, il est au moins inférieur d’un facteur 100 au risque de décès par cancer du sein évité.

La mammographie systématique, entre 50 et 69 ans, conserve donc pour ce groupe d’expert un rapport bénéfice-risque favorable pour le dépistage du cancer du sein.

D’autres techniques de dépistage mal évaluées

Les autres techniques de dépistage n’ont pas été oubliées, mais occupent une place plus réduite dans le rapport publié. Les techniques de palpation et d’auto-palpation des seins sont mentionnées. Si la palpation améliore la détection de tumeurs plus petites et à un stade plus précoce, les données disponibles ne permettent pas de démontrer son efficacité pour réduire la mortalité par cancer du sein. Quant à l’auto-palpation, les études montrent qu’elle n’a pas d’influence favorable sur la mortalité. En ce qui concerne les nouvelles techniques d’imagerie (tomosynthèse, IRM avec ou sans injection de produit de contraste, échographie, tomographie par émission de positons, mammographie par émission de positons), les données sont insuffisantes pour permettre une conclusion. Nombre d’entre elles sont encore en cours d’évaluation, notamment pour le dépistage des personnes à haut risque.

Dr Roseline Péluchon

RÉFÉRENCE
Lauby-Secretan B et coll. : Breast-Cancer Screening — Viewpoint of the IARC Working Group N Engl J Med., 2015 ; publication avancée en ligne le 3 juin. DOI: 10.1056/NEJMsr1504363

Soyez patients ! les invitations au dépistage sont prêtes on attend la CNIL ...

publié le 8 juin 2015 à 01:26 par Prévention Cancers 26-07

08/06/2015

Attention ! les invitations au dépistage du cancer colorectal ne partiront que fin Juin ... soyez patients
La convention unique pour toutes les structures de dépistage avec la commission informatique et liberté n'est toujours pas signée ... L'INCa et la DGS font tout pour faire avancer ce dossier

Nous commencerons les invitations pas avant fin juin en commençant par celles et ceux qui ont patienté depuis 9 mois.

Cartographies 2014

publié le 18 févr. 2015 à 09:06 par Prévention Cancers 26-07   [ mis à jour : 18 févr. 2015 à 09:14 ]

Cliquez sur les cartes pour les afficher




Dépistage du cancer colorectal 2014 : participation reflet d'une année de transition !

publié le 11 févr. 2015 à 02:54 par Prévention Cancers 26-07   [ mis à jour : 11 févr. 2015 à 02:57 ]

La population de la Drôme et de l'Ardèche a été bien perturbée par les aléas de la transition vers le nouveau test. Dès le départ nous avions contestés auprès des tutelles la règle de n'attribuer que 60% de la dotation financière dédiée au dépistage du cancer colorectal.
Le résultat est là ! Nous avons été obligé d'arrêter la campagne en septembre 2014. Nous avons continué à solliciter la population à aller chez le médecin généraliste car nous avions des stocks réservés aux médecins, ou bien d'attendre le nouveau test. Seul 7% des invités de septembre à décembre sont allés se faire prescrire l'ancien test. Les 93% qui souhaitent le nouveau test seront réinvités lorsque démarrera la nouvelle campagne 2015 avec le nouveau test.

En attendant les résultats sont conformes à ce que nous avions prévu !!! ... et annoncé ... une baisse de 10 points de la participation ...

Dépistage cancer du sein 2014 : Drôme et Ardèche au coude à coude

publié le 10 févr. 2015 à 07:45 par Prévention Cancers 26-07   [ mis à jour : 10 févr. 2015 à 07:47 ]

Vous trouverez les tableaux de participation 2014 au dépistage du cancer du sein 2014
pour la première fois l'Ardèche coiffe d'une courte tête la Drôme.
Même si cette nouvelle est excellente : phénomène de rattrapage  car en 2009 le taux de participation en Ardèche ne dépassait pas 46% contre 51.8% en Drôme ...
Nous observons donc une stagnation de la participation de nos 2 territoires autour de 55% (soit 2.5 point au dessus de la moyenne nationale), depuis maintenant 2 années complètes. C'est aussi le cas au niveau national depuis 3 années.
Faites bon usage de cette publication.

L'ancien test Hemoccult n'existe plus ...

publié le 9 févr. 2015 à 08:40 par Prévention Cancers 26-07   [ mis à jour : 9 févr. 2015 à 08:41 ]

9 février 2015 
2015 :  le nouveau test immunologique prend du retard
l'ancien test n'existe plus ... soyez patient 

Une chose est certaine : personne ne restera sur le bord du chemin : toute la campagne repartira "à zéro" en repartant du mois de septembre 2014.

La montée en charge de ce nouveau test va se faire progressivement et ne trouvera son rythme de croisière qu'en septembre 2015.

Prévention Cancers vous invite à patienter, mais attention ! Si vous avez le moindre signe de saignement, de mal de ventre qui ne passe pas, de constipation inhabituelle, vous devez consulter votre médecin.

Etienne Paré
Directeur de Prévention Cancers et médecin coordonnateur
epare@dapc.fr

OUF!! il était temps ... dépistage du cancer colorectal on change de test !

publié le 21 déc. 2014 à 09:53 par Prévention Cancers 26-07   [ mis à jour : 21 déc. 2014 à 09:54 ]

2015 :  le dépistage du cancer colorectal change de test 


Par un communiqué de ce jour, l'Institut National du Cancer confirme que la Caisse Nationale d'Assurance Maladie a signé son marché public : c'est désormais officiel nous disposerons bien du test immunologique en 2015 avec un déploiement vers Avril.

C'est une avancée majeur, car le test est plus performant, plus simple, plus fiable et moins contraignant : il se fait sur 1 seul prélèvement !

Une chose est certaine : personne ne restera sur le bord du chemin : toute la campagne repartira "à zéro" en espérant que le test immunologique ne sera pas remis en cause !

Si tel était le cas, l'incohérence liée à cette décision laissera de graves traces dans la population et chez les médecins qui attendent ce test depuis 2008 !

Prévention Cancers vous souhaite de passer de bonnes fêtes !


Etienne Paré
Directeur de Prévention Cancers et médecin coordonnateur
epare@dapc.fr

Avis de tempête sur le dépistage du cancer colorectal.

publié le 18 déc. 2014 à 02:16 par Prévention Cancers 26-07

18 décembre 2014

Avis de tempête sur le dépistage du cancer colorectal 


"Le dépistage du cancer colorectal avec l'ancien test hemoccult vit-il ses dernières heures ", écrivions nous il y a tout juste 1 Mois... Rien n'est moins sûr !

En effet : nous ne savons toujours pas quel laboratoire national prestataire unique est choisi par la Caisse Nationale d'Assurance Maladie ...

Une chose est certaine : personne ne restera sur le bord du chemin : toute la campagne repartira "à zéro" en espérant que le test immunologique ne sera pas remis en cause !

Si tel était le cas, l'incohérence liée à cette décision laissera de graves traces dans la population et chez les médecins qui attendent ce test depuis 2008 !

En attendant (la bonne ?) nouvelle, passez de bonnes fêtes !


Etienne Paré
Directeur de Prévention Cancers et médecin coordonnateur
epare@dapc.fr

Rencontre de cancérologie Drôme Ardèche Nord

publié le 3 oct. 2014 à 08:15 par Prévention Cancers 26-07   [ mis à jour : 3 oct. 2014 à 08:22 ]


1-10 of 49